FAQ (X)HTMLConsultez toutes les FAQ

Nombre d'auteurs : 23, nombre de questions : 53, dernière mise à jour : 2 septembre 2018 

 
OuvrirSommaireTechniques

Il faut utiliser le code hexadécimal du saut de ligne qui est 

Pour Internet Explorer :

 
Sélectionnez

<img src="mon_image.gif" alt="Nom : mon_image&#013;Taille : 16Ko" />
        

Pour Mozilla :

 
Sélectionnez

<img src="mon_image.gif" alt="Nom : mon_image&#010;&#013;Taille : 16Ko" />
        
Mis à jour le 23 janvier 2007  par Jérôme

Il faut ajouter une balise dans la section <head> du document :

 
Sélectionnez

<link rel="SHORTCUT ICON" href="/chemin/favicon.ico">
        

En plaçant un fichier favicon.ico à la racine du site web, cette icône est utilisée lorsque le site est ajouté dans les favoris. Le fichier doit être de 16 * 16 px. Il est possible pour Firefox, Chrome, Opera et Safari, de définir des favicon avec d'autres formats d'image que l'ICO, notamment le PNG, le MNG animé, le APNG ou encore le GIF. Internet Explorer quant à lui ne supporte que l'ICO jusqu'à la version 9.

Mis à jour le 8 octobre 2012  par Jérôme, Torgar

Non, il est malheureusement impossible d'empêcher l'utilisateur de télécharger une image, ou même le code source de votre page, que ce soit le code (X)HTML, CSS ou JavaScript.

En effet, pour pouvoir afficher la page, le navigateur est obligé de mettre en mémoire l'ensemble des éléments constituant ladite page, le client possède donc, quoi qu'il arrive, les informations que l'on souhaiterait parfois garder secrètes.
Il existe bien entendu différentes solutions pour "embêter" le curieux, comme la désactivation du clic droit, la suppression de la barre de menus, l'affichage d'une image en background, etc. Mais il suffit pour le client de désactiver javascript pour avoir toutes les informations qu'il désire. S'il possède un minimum d'acquis en (X)HTML, il pourra trouver le lien vers l'image protégée et la télécharger.

La seule solution pour protéger un code/une image est de poser un brevet dessus, solution uniquement valide sur le plan légal.

Créé le 8 mars 2005  par prgasp77

Il faut placer le texte dans un tableau et utiliser l'attribut nowrap dans une cellule td, qui empêche les retours à la ligne automatiques.

 
Sélectionnez

<table>
  <tr>
    <td nowrap="nowrap">Mon texte sans retour à la ligne auto</td>
  </tr>
</table>
        

On peut également utiliser l'élément nobr

 
Sélectionnez

<nobr>Mon texte très très long, sur une ligne</nobr>
        
  • Note 1 : Des barres de défilement horizontaux risque d'apparaître.
  • Note 2 : Bien qu'implémenté dans la plupart des navigateurs, cet élément n'apparaît pas dans les spécifications du W3C.

Une autre solution consiste à remplacer les espaces par des espaces insécables (&nbsp;) et les tirets par des tirets insécables (&#8209;)

Mis à jour le 15 septembre 2009  par Eric Berger, Linaa, MasterOfChakhaL, MasterOfChakhaL

Les caractères < et > sont des caractères spéciaux du (X)HTML qui correspondent généralement à l'ouverture et à la fermeture de balises. Pour les afficher, il faut utiliser leur code équivalent en (X)HTML :

  • &gt; (greater than) : signe supérieur >
  • &lt; (less than) : signe inférieur <
Mis à jour le 23 janvier 2007  par debug, Bisûnûrs

Lien : Liste des caractères spéciaux

La cellule d'un tableau s'adapte toujours à son contenu, les dimensions qui lui sont données sont en quelque sorte les dimensions minimums. Si le contenu ne tient pas dans la cellule, alors elle s'agrandit en fonction de celui-ci.

Créé le 27 juillet 2006  par Jérôme
  

Les sources présentées sur cette page sont libres de droits et vous pouvez les utiliser à votre convenance. Par contre, la page de présentation constitue une œuvre intellectuelle protégée par les droits d'auteur. Copyright © 2004 Developpez.com Developpez LLC. Tous droits réservés Developpez LLC. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site ni de l'ensemble de son contenu : textes, documents et images sans l'autorisation expresse de Developpez LLC. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.